Printemps des lycéens 19 mai 2017

Se Dépasser, aller de l’avant et vers les autres, se rencontrer, partager et concourir ensemble…  2500 lycéens et apprentis réunis ce vendredi19 mai 2017 au complexe sportif Serge Mesones d’Aubagne, ont vécu une grande fête, celle de leur Printemps, et de leur jeunesse .

4 ateliers ont représenté le lycée Claret :

Atelier Arts : avec Mme Guillot , Elsa, Angélina, Océane, Léa et Mélissa

Atelier Fait ton cinéma : avec Mme Chevrier, Mr Parrocel, Marine, Jessica, Laily, Laetitia, Marie, Alain, Claudina, Iolanda, Bruno et Priska.

Atelier Mode : avec Mme Beaujardin, Mme Géraldes, Alison, Sabrina, Yousra, Metija, Tiphaine et Tamana.

Atelier Photo : avec Mr Dulout, Mme Harmel, Senda, Ingrid, Allan, Lisa, Sullivan et Jordan.

Cette journée était placée sous le signe de la bonne humeur, elle a permis à tous de faire découvrir le travail d’une année et de rencontrer d’autres lycéens sur le thème Se dépasser !

A la découverte de la Shoah, le magazine des 1COM2

Cette année scolaire, la classe de 1COM2 a eu la chance de participer à un grand projet consacré à l’étude de la Shoah, dans le cadre d’un dispositif « mémoire et citoyenneté »

Afin de rendre compte du travail et des voyages effectué par les élèves, nous avons décidé de créer un magazine via l’outil Madmagz. Ce magazine sera imprimé puis diffusé au plus grand nombre, et un deuxième verra le jour en fin d’année.

Vous voulez lire le magazine? il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous !

 

 

Magazine créé avec Madmagz.

Voyage au Camp d’Auschwitz et rencontre avec Ginette Kolinka rescapée

Dans le cadre d’un Dispositif Région PACA Mémoire et Citoyenneté, les élèves de première Commerce 1COM2 ont eu le privilège de visiter le Camp d’Auschwitz en Pologne ce jeudi 01 février 2017 avec Mme Brigitte Mir (Professeur de Lettres-Histoire), Mr Vincent Crenn (professeur de Vente, Eco-droit), Mr Laurent Dulout (professeur documentaliste) et Mme Audrey Guillot (professeur d’Arts Appliqués).

       

Départ à 2 h du matin du lycée de Claret en direction de l’aéroport de Nice, embarquement à 7h00 pour une arrivée à Cracovie en Pologne à 9h. Transfert en navette et arrivée à 10h à la Judenramp puis au camp d’Auschwitz-Birkenau II construit en 1941 qui compte 1.300.000 déportés et 100.000 survivants. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres de masse commis par les nazis et plus particulièrement comme celui de la Shoah.

Nous avons visité le baraquement n°25 des femmes où les détenues étaient entassées jusqu’à sept sur des paillasses, où les rats rôdaient, sans chauffage et des conditions sanitaires épouvantables, puis un baraquement où l’on trouvait des lavabos qui en l’absence de savon ne permettaient pas d’hygiène, le baraquement des latrines, la rampe de triage où la sélection était faite entre le camp de travail ou l’extermination, le secteur BIII dit de Mexico, le camp des tziganes qui a vu passer 23.000 et seulement 2.000 survivants et d’où le docteur Mengele menait des expériences médicales, le camp du Kanada où les biens spoliés aux détenus étaient stockés.

Nous sommes passés devant le crématorium n°5 où jusqu’à 4.800 cadavres pouvaient être brûlés chaque jour. Puis nous avons assisté à une cérémonie du souvenir.

 

L’après-midi visite du camp d’Auschwitz I construit en 1940 camp de la mort et rencontre avec Ginette Kolinka 92 ans qui garde intacte son énergie à témoigner de la barbarie nazie. Rescapée du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, elle parcourt les routes pour transmettre aux jeunes générations son message : plus jamais ça.

Depuis 16 ans, la nonagénaire répète inlassablement son histoire : 8 mois de captivité à Auschwitz-Birkenau en 1944.

Arrêtée à l’âge de dix -neuf ans en Avignon par la Gestapo en compagnie de son petit frère, de son père et son neveu, séparée d’eux dès leur arrivée dans le camp de concentration, elle ne les reverra jamais. Son père et son petit frère ont été gazés immédiatement, en avril 1944 et son neveu tué par balle dans un autre camp.

Je suis là pour faire réfléchir. Ce qui s’est passé, c’est à notre porte en ce moment… L’antisémitisme, le racisme, ça a toujours existé mais c’était en douce. Et maintenant les gens n’ont pas peur de le dire.

Ginette Kolinka a longuement raconté son expérience aux 186 élèves. Les nombreux lycéens présents ont été très touchés par cette rencontre.

Les élèves doivent maintenant réaliser leur compte-rendu et créer un dessin afin de participer au concours d’Art Mémoriel organisé par Monsieur Morgan Maginot.