Prix littéraire PACA, les 1GA3A à Châteauvallon

Résultat de recherche d'images pour "châteauvallon vue du site"

Mercredi 6 décembre 2017, départ à 8h00 du lycée pour Châteauvallon, les 1GA3A accompagnés de Mmes Gabriele, Guillot, Warme et Waldet ainsi que Mrs Dulout et Garbe s’apprêtent à rencontrer 6 des auteurs sélectionnés dans le cadre du Prix Littéraire lycéens et apprentis PACA 2018.

Nous sommes accueillis par une petit déjeuner où les viennoiseries régalent les estomacs. L’estomac plein, nous rejoignons la salle du théâtre pour 3h00 de questions-réponses aux auteurs du prix (ce fût long, mais intéressant). Cette discussion animée par une journaliste littéraire fût précédée par la présentation des 10 lycées présents à cette occasion.

Senda et Hlima ont brillamment représentées le lycée Claret, leur prestation a été saluée par les organisateurs, leurs professeurs et leurs camarades.

Les questions aux auteurs ont permis aux jurées/élèves de découvrir l’univers des auteurs qu’ils ont lu ou qu’ils liront.

Nous avons rencontré Zéro Calcare  auteur de la bande-dessinée Kobane Calling. Il nous a fait partagé son expérience au Kurdistan dans la Syrie en guerre, récit autobiographique mis en image dans sa BD.

Hlima lui a demandé : « Où en est la situation au Kurdistan aujourd’hui? « 

Zéro Calcare : « Les Kurdes ont repris Raqqa, la guerre au nord de la Syrie, daesh est en fuite, le rôle des kurdes pour l’occident était de combatte daesh ; les kurdes étaient tolérés mais le moment est difficile vont-ils avoir l’appui de l’occident leur allié, la Turquie va-t-elle les accepter ? »  Le dessinateur est toujours en contact avec certains des personnages de sa BD via les réseaux Kurdes romains (Rome, Italie). Cet auteur engagé nous a fortement impressionné.

Résultat de recherche d'images pour "Photo zero calcare"

Zéro Calcare, auteur de la BD Kobane Calling

Nous avons également rencontré Lionel Salaün auteur du roman La Terre des Wilson. Nous le rencontrerons à nouveau à Claret le vendredi 23 février 2018. 

Lionel SALAÜN a un juré qui lui a demandé si cet endroit qu’il décrivait existé :

« La terre des Wilson existe peut être ! Celle que j’ai décrite est courante en Oklahoma aux États-Unis qui a souffert de la dépression de krach en 1929 de Wall Street et d’une catastrophe naturelle en 1930 un dust bowl (haboob) qui fit de gros dégâts au niveau des récoltes. »

Nous avons également écouté 3 autres auteurs : Pierre-Henri Gomont auteur de la BD Pereira Prétend, Eric Faye pour le roman Eclipses Japonaises et Marie Redonnet pour son roman La femme au colt 45. Ils ont tous joué le jeu des questions réponses. Nous avons été particulièrement touchés par Marie Redonnet dont le livre a plu à un grand nombre d’entre nous.

Question d’un juré à Marie Redonnet : « Comment avez-vous eu l’idée de votre roman ? »

Marie Redonnet : « Je vivais entre les deux rives de la Méditerranée : en France et en Tunisie, je suis sensibilisée aux  gens qui migrent même si je ne vis pas les choses  terrifiantes qui leur arrivent car je me suis toujours sentie étrangère. J’ai pris l’histoire d’une femme marocaine, j’ai porté la voix de cette femme en imaginant qu’elle pourrait quitter le Maroc d’Hassan II. » Cette femme existe, c’est une actrice marocaine, dont Marie Redonnet ne nous a pas donné l’identité, elle lui a inspiré son histoire, à elle auteur de théâtre.

Question d’Elisa de Claret : « Quelles sont vos motivations pour écrire ce roman ? »

Marie Redonnet : « Je voulais écrire  à ce moment de ma vie après des années d’exil, en donnant la voix à un personnage de femme qui est en position de femme forte avec une arme, d’étudier ce que cette arme signifie…« . Ce texte était avant tout un objet théâtral, il est devenu roman car publier une pièce est plus difficile que publier un roman.

Les auteurs durant l’entretien avec plus de 200 jurés

Nous avons beaucoup appris des auteurs, de leurs histoires personnelles avec l’écriture, de leurs œuvres, de leur rapport au monde… Mais nous avons aussi appris sur nous : Schérazade, Elisa, Michaël… élèves de 1GA3A qui avions travaillé en amont pour rédiger des questions, nous préparer à tenir 3h00 !!!

Schérazade qui pose une question à Marie Redonnet

Nous avons clôt cette matinée par un pique-nique au soleil, nos enseignants avaient préparé des gâteaux, nous nous sommes empressés de les dévorer ! Le culture ça creuse ! Nous avons eu la chance de faire dédicacer certains des livres du prix par leurs auteurs notamment par Zero Calcare, qui signe avec un dessin de son personnage et Marie Redonnet.

Il fallait bien rentrer alors après une photographie pour immortaliser cette journée…

Nous avons attendu notre bus….. ce fût long, très long, très très long ! Mais au final, journée réussie !!!

 

Sortie Camp des Milles 1COM1

Jeudi 30 Novembre la classe de première Commerce 1 a pu participer à la visite au Site mémoriel du Camp des Milles et leur accompagnateurs : Mme Guillot ( arts appliqués), Mr Gondran (vente) et Mr Fauvert (professeur de Lettres-Histoire).

Les élèves ont visité le camp le matin et l’après midi était consacré à l’atelier les Justes.

Ouvert en septembre 1939 au sein d’une tuilerie située entre Aix-en-Provence et Marseille, le camp des Milles connut un peu plus de trois ans d’activité et vit passer plus de 10 000 internés originaires de 38 pays, parmi lesquels de nombreux artistes et intellectuels.

Son histoire se divise en plusieurs phases correspondant aux différentes catégories d’internés qui y séjournèrent : ressortissants du Reich et légionnaires, étrangers désireux d’émigrer, juifs ayant fait l’objet de rafles.

A travers ces phases on s’aperçoit de l’évolution tragique de la répression dont furent victimes les étrangers et surtout les juifs sous le régime de Vichy, évolution qui culmina en août et septembre 1942 avec la déportation de plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs vers Auschwitz via les camps de Drancy et de Rivesaltes.

Les élèves vont maintenant travailler sur la création d’une Bande dessinée.

Printemps des lycéens 19 mai 2017

Se Dépasser, aller de l’avant et vers les autres, se rencontrer, partager et concourir ensemble…  2500 lycéens et apprentis réunis ce vendredi19 mai 2017 au complexe sportif Serge Mesones d’Aubagne, ont vécu une grande fête, celle de leur Printemps, et de leur jeunesse .

4 ateliers ont représenté le lycée Claret :

Atelier Arts : avec Mme Guillot , Elsa, Angélina, Océane, Léa et Mélissa

Atelier Fait ton cinéma : avec Mme Chevrier, Mr Parrocel, Marine, Jessica, Laily, Laetitia, Marie, Alain, Claudina, Iolanda, Bruno et Priska.

Atelier Mode : avec Mme Beaujardin, Mme Géraldes, Alison, Sabrina, Yousra, Metija, Tiphaine et Tamana.

Atelier Photo : avec Mr Dulout, Mme Harmel, Senda, Ingrid, Allan, Lisa, Sullivan et Jordan.

Cette journée était placée sous le signe de la bonne humeur, elle a permis à tous de faire découvrir le travail d’une année et de rencontrer d’autres lycéens sur le thème Se dépasser !

Voyage au Camp d’Auschwitz et rencontre avec Ginette Kolinka rescapée

Dans le cadre d’un Dispositif Région PACA Mémoire et Citoyenneté, les élèves de première Commerce 1COM2 ont eu le privilège de visiter le Camp d’Auschwitz en Pologne ce jeudi 01 février 2017 avec Mme Brigitte Mir (Professeur de Lettres-Histoire), Mr Vincent Crenn (professeur de Vente, Eco-droit), Mr Laurent Dulout (professeur documentaliste) et Mme Audrey Guillot (professeur d’Arts Appliqués).

       

Départ à 2 h du matin du lycée de Claret en direction de l’aéroport de Nice, embarquement à 7h00 pour une arrivée à Cracovie en Pologne à 9h. Transfert en navette et arrivée à 10h à la Judenramp puis au camp d’Auschwitz-Birkenau II construit en 1941 qui compte 1.300.000 déportés et 100.000 survivants. En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres de masse commis par les nazis et plus particulièrement comme celui de la Shoah.

Nous avons visité le baraquement n°25 des femmes où les détenues étaient entassées jusqu’à sept sur des paillasses, où les rats rôdaient, sans chauffage et des conditions sanitaires épouvantables, puis un baraquement où l’on trouvait des lavabos qui en l’absence de savon ne permettaient pas d’hygiène, le baraquement des latrines, la rampe de triage où la sélection était faite entre le camp de travail ou l’extermination, le secteur BIII dit de Mexico, le camp des tziganes qui a vu passer 23.000 et seulement 2.000 survivants et d’où le docteur Mengele menait des expériences médicales, le camp du Kanada où les biens spoliés aux détenus étaient stockés.

Nous sommes passés devant le crématorium n°5 où jusqu’à 4.800 cadavres pouvaient être brûlés chaque jour. Puis nous avons assisté à une cérémonie du souvenir.

 

L’après-midi visite du camp d’Auschwitz I construit en 1940 camp de la mort et rencontre avec Ginette Kolinka 92 ans qui garde intacte son énergie à témoigner de la barbarie nazie. Rescapée du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, elle parcourt les routes pour transmettre aux jeunes générations son message : plus jamais ça.

Depuis 16 ans, la nonagénaire répète inlassablement son histoire : 8 mois de captivité à Auschwitz-Birkenau en 1944.

Arrêtée à l’âge de dix -neuf ans en Avignon par la Gestapo en compagnie de son petit frère, de son père et son neveu, séparée d’eux dès leur arrivée dans le camp de concentration, elle ne les reverra jamais. Son père et son petit frère ont été gazés immédiatement, en avril 1944 et son neveu tué par balle dans un autre camp.

Je suis là pour faire réfléchir. Ce qui s’est passé, c’est à notre porte en ce moment… L’antisémitisme, le racisme, ça a toujours existé mais c’était en douce. Et maintenant les gens n’ont pas peur de le dire.

Ginette Kolinka a longuement raconté son expérience aux 186 élèves. Les nombreux lycéens présents ont été très touchés par cette rencontre.

Les élèves doivent maintenant réaliser leur compte-rendu et créer un dessin afin de participer au concours d’Art Mémoriel organisé par Monsieur Morgan Maginot.

Visite préparatoire au Mémorial de la Shoah – Paris

Dans le cadre d’un Dispositif Région PACA Mémoire et Citoyenneté, les élèves de première Commerce 1COM2 ont eu le privilège de monter à Paris  ce lundi 16 janvier pour visiter le mémorial de la Shoah avec Mme Brigitte Mir ( Professeur de Lettres-Histoire) , Mr Vincent Crenn ( professeur de Vente, Eco-droit) , Mr Laurent Dulout (professeur documentaliste) et Mme Audrey Guillot (professeur d’Arts Appliqués).

20170116_125637

Après avoir couru de la gare au mémorial (notre train a eu du retard le matin), nous avons pu visiter le site : le mur des noms des déportés juifs, la crypte abritant le tombeau du martyr juif inconnu, l’exposition « les enfants pendant la Shoah »…et enfin, les élèves ont eu l’immense privilège de rencontrer Yvette Dreyfuss, survivante française de la Shoah et rescapée d’Auschwitz.

Retour à 22 h sur Toulon, une journée bien remplie qui est le prélude au futur voyage au Camp d’ Auschwitz en Pologne que les élèves effectueront le jeudi 02 février, à leur participation au concours d’Art Mémoriel organisé par Monsieur Morgan Maginot.

A suivre …